La séparation – Dinah Jefferies

La séparation – Dinah Jefferies

Auteur : Dinah Jefferies

Maison d’édition : Editions Charleston
Prix :  8,90€

Date de publication : Janvier 2017
Nombre de pages :
544

Synopsis :

« La destinée tragique d’une mère et de ses filles, cruellement séparéesMalaisie, 1955.

Lydia Cartwright vient de rentrer chez elle après avoir passé du temps auprès d’une amie malade. Mais la maison est vide, les serviteurs sont partis, et le téléphone a été coupé. Où est donc passé son mari, Alec ? Et ses deux petites filles, Emma et Fleur ?

Désespérée, la jeune femme contacte l’employeur de son mari et apprend qu’Alec a été muté ailleurs. Pourquoi ne l’a-t-il pas attendue ? Pourquoi n’a-t-il pas laissé de message ?

Elle se lance alors dans un périlleux voyage à travers la jungle en guerre, sans se douter que des milliers de kilomètres la séparent de sa famille. Forcée de se tourner vers Jack Harding, un homme qu’elle avait juré de ne plus revoir, elle va tout faire pour retrouver ses proches.

Mais sera-t-elle capable de supporter la trahison de ceux en qui elle avait confiance ?

Un grand destin de femmes, de la Malaisie à l’Angleterre des années 1950« 

Mon avis :

Le résumé de ce roman m’avait beaucoup intriguée, tout d’abord car l’intrigue se déroulait dans un pays que je connais très mal, qui est la Malaisie. Le thème également m’avait interpellée : avec une histoire de séparation entre une mère et ses enfants, une possibilité de voyage, tout ça dans un pays en guerre me promettait une lecture passionnante.

Au final, j’ai un avis un peu mitigé sur ce roman. Je m’explique : maintenant que je l’ai terminé, lorsque je repense à ma lecture, j’en garde un bon souvenir, et une impression d’avoir fait une très belle découverte. J’ai apprécié de découvrir plein de choses sur la Malaisie, grâce aux descriptions précises de l’auteure j’ai pu me faire une image de ce pays, des couleurs, des odeurs, de l’ambiance…J’ai également aimé en apprendre plus sur l’aspect politique, et sur l’histoire de la Malaisie, et de ce qu’était la vie là-bas dans les années 50 pour les familles de colons.

Si j’ai un avis un peu mitigé, c’est parce que j’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman, j’ai trouvé l’histoire très dure, et du coup j’avais du mal à avancer dans ma lecture. Le style de l’auteure est fluide, la plume est simple à lire, mais c’est vraiment l’histoire qui m’a touchée. A mon avis, ce n’est pas le genre de roman à lire quand vous n’avez pas trop le moral ! Et d’ailleurs à la lecture du résumé j’avais bien compris que l’histoire ne serait pas forcément facile, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit dure à ce point. J’ai donc trouvé le roman un peu long, il y avait rebondissement sur rebondissement, tout va de plus en plus mal pour Lydia, des événements horribles s’enchaînent

Au niveau des personnages, Lydia est sans aucun doute une héroïne Charleston ! C’est une jeune femme déterminée, sensible, une vraie battante. Malgré tout ce qu’il lui arrive, elle finit toujours par se relever, et continuer à avancer et se battre pour retrouver ses enfants, et elle ne perd jamais espoir. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Emma également, qui est un personnage super attachant, très intelligente et perspicace. Elle non plus ne perd pas espoir de retrouver sa maman, et malgré son jeune âge elle est très mature. L’auteure alterne les chapitres entre le point de vue d’Emma et celui de Lydia, ce que j’ai adoré car cela nous permet de suivre leurs vies et leurs expériences en parallèle. J’ai bien évidemment détesté Alec, qui est un personnage juste horrible et détestable. Et j’ai aussi adoré le petit Maznan, qui partage une partie des aventures de Lydia, qui j’ai trouvé tout choupinou !

En résumé, j’ai aimé ma lecture, mais je l’ai trouvé très dure !

 

Ma note : 14/20,

Un roman qui fait voyager, mais une lecture difficile

Une réaction au sujet de « La séparation – Dinah Jefferies »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *