Saga Divergent – Veronica Roth

Saga Divergent – Veronica Roth

BONNE ANNÉE TOUT LE MONDE !!! (Un peu en retard, je sais 😛 )

Avant toute chose, je tiens à m’excuser pour cette longue absence. Pour cette année 2015, ma principale résolution est d’être un peu plus organisée au niveau de mon blog, et de pré-écrire mes articles et chroniques quand je sais que je n’aurais pas le temps de les écrire au fur et à mesure…

81-DFVziuwLInsurgentAllegiant_novel_cover

 Synopsis : ATTENTION SPOILERS SI VOUS N’AVEZ PAS LU LES TOMES 2 & 3

Tome 1 :

Cinq destins. Un seul choix.

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente. Ce secret peut la sauver… ou la tuer.

Tome 2 :

Le monde de Tris a volé en éclats. La guerre a dressé entre elles les factions qui régissent la société, elle a tué ses parents et fait de ses amis des tueurs.
Tris est rongée par le chagrin et la culpabilité. Mais elle est divergente. Plus que tout autre, elle doit choisir son camp.
Et se battre pour sauver ce qui peut encore l’être.

Tome 3 :

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions.
Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s’échapper.
Le monde qu’ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu’on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d’une expérience censée sauver l’humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l’humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis :

Je commence par vous donner mon avis général sur la saga: j’ai énormément aimé cette série, même si pour moi elle n’a pas été un gros coup de cœur mais seulement un petit coup de cœur 😛 . Je l’ai lue en français sur ma Kindle, mais je me suis faite offrir un magnifique coffret en VO par le Papa Noël que je vais m’empresser de lire dès que j’aurais un peu de temps, histoire d’avoir les livres bien en tête avant d’aller voir le deuxième film qui sort en mars prochain.

Pour tout vous dire, je m’attendais à être déçue de cette saga vu tout le succès qu’elle a eu; oui, moi et ma peur des livres trop acclamés… Et j’avais entendu et lu beaucoup d’avis la comparant à Hunger Games car c’est également une dystopie, et Hunger Games avait été un tel coup de cœur pour moi que je ne voyais pas comment Divergent pourrait tenir la comparaison. Mais finalement, pour moi, Divergent n’a pas grand chose  à voir avec Hunger Games hormis le fait que les deux sagas soient des dystopies.

Au niveau de l’histoire, Tris, 16 ans, vit dans une ville divisée en 5 factions, qui régissent les comportements de leurs membres : les Altruistes, les Audacieux, les Érudits, les Sincères et les Fraternels. Initialement, Tris fait partie des Altruistes, mais lors de la cérémonie du Choix à laquelle tous les jeunes participent l’année de leurs 16 ans, elle fait le choix de « trahir » sa faction ainsi que sa famille pour rejoindre les Audacieux. Et commence donc son initiation, plutôt brutale et violente il faut bien le dire, au sein de sa nouvelle faction. Et commence également la découverte d’éléments qui lui font avoir des doutes sur la véritable manière dont sa ville est régentée… Dès le début du roman, on apprend également que Tris est une Divergente, mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Voilà donc les questions auxquelles Tris essaie de trouver les réponses tout au long de la saga…

Dès le début du roman l’histoire est très prenante : pas de passages qui trainent en longueur, des rebondissements auxquels personnellement je ne m’attendais pas du tout. On ne s’ennuie vraiment pas dans ces trois romans. J’ai trouvé le troisième tome plus « difficile » à lire, mais je pense que ça n’avait pas grand chose à voir avec le livre en lui-même mais surtout avec moi qui ai eu une assez grosse panne de lecture et du coup je n’arrivais pas à me plonger dans le roman.

Passons maintenant aux personnages : Veronica Roth a crée des personnages très recherchés, et on arrive vraiment à voir leur évolution au fil des trois tomes. Tris et Quatre sont très attachants, j’ai d’ailleurs beaucoup aimé le fait que la romance ne prenne pas la première place dans les livres, ce sont tous les deux des personnages qui marquent les esprits de par leur force de caractère et leur courage. D’autres personnages, tels qu’Eric et Peter, m’ont donné un sentiment de malaise, dès que je voyais leurs noms sur une page j’avais le pressentiment que quelque chose de mauvais allait se passer, ce qui je pense était surement l’effet recherché.

Parlons un peu de la fin du troisième tome, sans en parler vraiment non plus pour ne pas faire trop de spoilers pour les personnes qui ne l’ont pas encore lu. Très franchement, en général je n’aime pas les fins comme celle-ci, mais là, dans ce cas c’était pour moi une évidence, et c’était vraiment la seule fin possible pour finir la saga en beauté si je puis dire. Même si bien évidemment j’ai été complétement bouleversée…

Ces romans se lisent très rapidement, et l’écriture est très fluide et simple. Tris en est la narratrice sauf dans le troisième tome dans lequel la narration alterne entre un chapitre du point de vue de Quatre et un chapitre du point de vue de Tris.

Il me reste encore à lire FOUR, le recueil de nouvelles concernant Quatre, qui est dans mon coffret mais qui n’est pas encore sorti en France il me semble… je ferai sûrement un article spécial sur ce livre quand je l’aurais lu. Mais je préfère relire tous les autres tomes en VO avant de le lire, principalement pour être capable de m’y retrouver avec les noms des factions.

Ma note générale : 19/20

Une Fille à la Vanille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *