Cueilleuse de thé – Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Cueilleuse de thé – Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Auteur : Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Maison d’édition : Éditions Charleston
Prix :  18,00€

Date de publication : Avril 2017
Nombre de pages :
320

Synopsis :

« Au Sri Lanka, l’ancien Ceylan, Shemlaheila est cueilleuse de thé dans une plantation. Depuis dix ans déjà, elle ploie sous les lourds sacs de feuilles de thé et sous le joug des contremaîtres, mais, à l’aube de ses vingt ans, la jeune femme a d’autres rêves. Elle est bien décidée à partir, à échapper à la condition de celles qui, dans les théiers et dans les maisons, sont au service des hommes. Elle ne sera pas cueilleuse de thé toute sa vie, comme sa mère, comme toutes ces femmes asservies qui n’ont d’autres horizons que les interminables rangées de théiers…

Du Sri Lanka à Londres, à la découverte d’un pays complètement différent du sien, Shemla va découvrir une autre culture, d’autres personnes et surtout d’autres envies. La cueilleuse de thé qu’elle a toujours été choisira-t-elle de revenir au pays, ou de se créer une nouvelle vie ? »

Mon avis :

J’ai eu un coup de cœur pour ce roman, dans lequel on suit la vie d’une jeune cueilleuse de thé du Sri Lanka, Shemlaheila, qui a une vingtaine d’années et des projets plein la tête pour changer de vie. Son parcours la fait voyager  jusqu’en Angleterre, où elle rencontre de nombreuses personnes qui vont lui permettre de s’épanouir.  Au fur et à mesure du roman, on en apprend davantage sur notre héroïne (parce que oui, elle a tout d’une héroïne Charleston !) et sur son passé, on comprend les violences et les horreurs que doivent subir les femmes dans les plantations de thé, qui l’ont poussée à se battre pour changer de vie.

Shemlaheila est un personnage admirable, une vraie battante, prête à tout pour avoir une vie meilleure, on s’attache forcément à elle au fil des pages. Quant aux autres personnages, j’ai bien aimé en parallèle suivre l’histoire de Pokonaruya la femme du contremaître de la plantation de thé : cette histoire m’a beaucoup émue, fait m’indigner sur la condition des femmes dans certains pays, et j’ai espéré tout au long du roman que quelque chose de bien arrive pour elle. J’ai aussi beaucoup aimé les personnes que Shemlaheila rencontre lorsqu’elle vit en Angleterre, notamment Twinny, la vieille dame dont elle s’occupe et avec qui elle lie une belle relation touchante, que j’ai trouvée très attachante.

Le roman est très bien documenté, j’ai appris énormément de choses sur ce pays et ses traditions, sa façon de fonctionner. J’ai aimé voir les contrastes avec l’Angleterre, où Shemlaheila finit par évoluer dans un monde assez aisé financièrement, comparé à sa situation et à celle des autres cueilleuses de thé au Sri Lanka. L’histoire est bien développée, très rythmée et fluide, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. La plume de l’auteure est très agréable à lire. L’histoire en elle-même est parfois très dure (l’auteure nous raconte comment les femmes sont traitées, ce qu’elles doivent subir…), mais elle tellement bien racontée, je ne vois pas comment on peut rester insensible face à ce récit. Je tiens quand même à préciser que le roman, même si certains passages sont durs, n’est absolument pas triste, mais plutôt plein de couleurs et d’espoir.

 J’ai tout de même deux petits reproches à faire : le roman est au final assez court, même si profond et puissant. Et puisque le roman a remporté le Prix du Romantique, je m’attendais à ce que la romance soit plus présente dans l’histoire (l’aspect romantique n’est pas vraiment présent dans ce roman), mais bon cela ne m’a absolument pas empêchée d’apprécier ma lecture.

 

Ma note : 20/20,

« « La cueilleuse de thé » est un magnifique roman, à la fois dur et touchant. L’histoire nous fait voyager, elle nous fait réfléchir et j’en suis ressortie marquée. »

2 réactions au sujet de « Cueilleuse de thé – Jeanne-Marie Sauvage-Avit »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *